Buongiorno !

On vous emmène avec nous pendant 9 jours à la découverte de paysages, de villes et de bons repas. Vivez cette balade de 2000 kilomètres dans le nord de l’Italie en notre compagnie 😀

train

Paris 🇫🇷

Gare de Lyon

Hello! Pour les vacances, nous avons prévu de passer quelques jours dans le nord de l’Italie, à la découverte des villes et paysages qui en font sa renommée.
Pour cela, nous rallions Turin depuis Paris en train puis sur place nous louerons une voiture, nous évitant près de 780 kilomètres de route supplémentaire.

train

Turin 🇮🇹

Torino Porta Susa

Bienvenue dans le Piémont ! Après 6 heures passées assis dans le TGV, nous arrivons en gare de Turin Porta Susa. Et sous le soleil ! Avant de rejoindre notre hôte, on décide de déjeuner. Mais problème, aujourd’hui c’est dimanche et beaucoup d’établissements sont fermés. Et lorsqu’ils ne le sont pas, ils nécessitent d’être réservés… Fort heureusement, à proximité de la station de Porta Nuova, nous croisons une adorable petite boulangerie avec des tables sous les arcades.

restaurant

El Pan d’na Volta

Via Sacchi, 16, 10128 Torino

La serveuse est amusée de nous voir autant perdus devant sa vitrine. Pas de multitudes de sandwichs comme en France, mais à la place pleins de petites choses mignonnes. Nous prenons différentes gourmandises pour les découvrir. Et sans regret, le pain est moelleux et parfumé, et la garniture est généreuse. Une belle entrée en matière.

Se promener en ville valise à la main n’est pas très pratique. On a donc convenu d’un rendez-vous en début d’après-midi avec notre hôte pour récupérer les clés de l’appartement et y déposer nos affaires.

Le logement est charmant, sur une petite place calme à 5 minutes de la gare de Porta Nuova et du Parco del Valentino. Impeccable !

Château du Valentino

Forcément, le château étant le point le plus proche de l’appartement, c’est donc le premier endroit que nous visitons. Bien qu’il s’agisse maintenant d’un complexe estudiantin, cette belle construction du 17e siècle est inscrite au patrimoine de l’UNESCO.

Le château est l’un des points d’accès de ce parc de 50 hectares qui longe le Po, le fleuve traversant Turin. On continue notre balade en direction de la petite ville médiévale, faisant partie intégrante du jardin.

Giardino Roccioso

Borgo Medievale

Ce village médiéval situé sur les berges du Po est remarquablement conservé, mais pour autant, il ne s’agit pas d’un musée à ciel ouvert, on y trouve des boutiques, cafés, restaurants, etc. Un de nos coups de cœur de la ville (on vous le dit de manière tout à fait objective). Toutefois, sous ses airs moyenâgeux, se cache un petit secret. Ce hameau fut construit en 1884, par des bâtisseurs d’un autre temps ? Non pour l’exposition universelle de Turin de cette même année. Le village reprend quand même les tendances urbaines de l’époque, mais avec des édifices plus récentes.

Lungo Po Armando Diaz

L’endroit rappelle un peu la Promenade de la Jonction à Genève. C’est un véritable havre de paix mêlant le fleuve, la verdure et l’urbanisme donnant une ambiance très agréable au lieu.

Piazza Vittorio Veneto

En arrivant sur cette place, la première remarque est de se dire que nous n’en voyons pas la fin ! Elle mesure 360 mètres de long du 111 mètres de large, c’est gigantesque et cela en fait la première place la plus grande de la ville. Elle servait initialement de place d’armes au temps de Napoléon puis a pris son nom actuel à la suite de la bataille du même nom en 1918 où les troupes italiennes l’emportèrent sur leurs adversaires austro-hongrois.
Arrivé vers le haut de la place, un superbe panorama sur l’Église Gran Madre di Dio de Turin et la colline où se cache la villa della Regina.

Mole Antonelliana

Cet édifice néo-classique de 167 mètres de haut est pour le moins imposant. Le Mole d’Antonelli avait pour première vocation d’être un lieu de culte juif, mais l’histoire s’est écrite différemment, il a été pendant un temps le musée du Risorgimento avant de devenir le siège du musée national du cinéma. Le bâtiment lui-même a un passé plutôt animé, puisqu’il fut renforcé et partiellement reconstruit à la suite d’un violent orage, tornade ou même tremblement de terre. Il est l’une des tours les plus hautes de la ville.

Piazza Carlo Alberto

Cette place est cernée de bâtiments historiques.

Le Palais Carignan figure parmi les plus belles constructions de la ville. Il a été édifié au 17e siècle pour les princes de Carignan. C’est ici qu’est né en 1820 Victor-Emmanuel II, qui deviendra le premier roi d’Italie. Il renferme aujourd’hui le musée du Risorgimento précédemment établi dans le Mole Antonelliana. Derrière nous se dresse la bibliothèque universitaire nationale de Turin qui est l’une des plus importantes collection de livres italiennes. Elle a été entièrement reconstruite entre 1958 et 1973, car détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.

Au centre de la place, la statue de Carlo Alberto représenté sur son cheval est l’une des plus belles de Turin. On le connaît en France sous le nom de Charles-Albert de Sardaigne, qui fut l’un des ducs de Savoie les plus importants de l’histoire de l’Italie.

Piazza Castello

En entrant sur la Piazza Castello, on ne peut manquer ce joli monument, ici vu de l’arrière. Le Palazzo Madama est composé d’une magnifique façade baroque adossée à un ancien bastion médiéval de l’époque romaine. En contournant le bâtiment, on se rend compte de l’importance de cette place. Le Palais Royal de Turin apparaitra à notre gauche, entouré d’une multitude de bâtiments impériaux tels que l’armurerie, la bibliothèque, le théâtre, l’Église Saint Laurent…

On emprunte la Via Palazzo di Città longeant le côté gauche de l’église Saint Laurent avant de suivre la Via XX. Settembre jusqu’à la Piazza San Giovanni.

Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin

En arrivant Piazza San Giovanni on aperçoit qu’un petit passage relie Piazza Reale ou nous nous trouvions quelques minutes auparavant et la Piazza San Giovanni.

Nous nous rapprochons de cette belle église et de la Torre Campanaria Duomo d’assez près pour entrevoir le petit passage situé derrière la tour un peu sur la gauche. Un long corridor débouche sur une jolie cour intérieure au sol décoré de galets teintés pour former une rosace, c’est superbe, mais ça fait mal aux pieds. Mais la surprise ne s’arrête pas là, cette cour nous permet l’accès au fameux Giardino Ducale. Fameux, car c’est André Le Nôtre qui en est à l’origine, mais outre son concepteur, l’opulence de ce jardin est de renommées Européennes.

Porte Palatine

En ressortant du jardin royal, on peut apercevoir un vaste ensemble architectural de couleur ocre. Il s’agit du Parc archéologique Torri Palatine. Les tours et portes qui se dressent solidement devant nous datent de la même époque que le bastion du Palazzo Madama vu un peu plus tôt. Ces portes bordaient la ville à l’époque romaine, avant même que Turin s’appelle ainsi.

Galleria Umberto I

Juste derrière la porte Palatine, cette longue et lumineuse galerie relie la Piazza della Repubblica à la Via della Basilica. L’endroit est remarquablement calme, ce qui est plutôt agréable.

Via Giuseppe Garibaldi

De ruelles en passages on se retrouve Via Giuseppe Garibaldi, qui est assurément l’un des axes principaux de Turin. Cette avenue piétonne déborde de boutiques en tout genre, un endroit parfait pour faire du shopping.

Galleria San Federico

Nous avons réservé une table dans un restaurant non loin de la Piazza San Carlo, située à quelques minutes. Alors nous nous y dirigeons tout en prenant le temps de découvrir ce qui nous entoure. C’est ainsi que nous arrivons devant la galerie San Federico. Un endroit magnifique, doré et aux immenses lanternes. La vaste verrière qui se tient au-dessus de notre tête filtre avec douceur la lumière extérieure, mais la plus belle partie est au centre, sous ce majestueux dôme.

Piazza San Carlo

À deux pas de la galerie San Federico se trouve la Piazza San Carlo, l’une des plus grandes et importantes places de Turin (bien qu’elle soit plus petite que la Piazza Vittorio Veneto). De chaque côté, deux longs bâtiments aux arcades abritant une multitude d’échoppes, bars et jolies boutiques.

Cette place ne s’est pas toujours nommée ainsi, historiquement elle s’est appelée Piazza Reale, Piazza d’Armi ou encore place Napoléon. Son nom actuel, Saint-Charles, est un hommage à Charles Borromée, un prélat italien du 16e siècle, archevêque de Milan et cardinal de l’Église catholique. L’église de droite porte également son nom (San Carlo Borromeo) aux côtés de l’église Santa Cristina, princesse royale des Deux-Siciles et reine puis régente d’Espagne. Elles font toutes deux face à la statue équestre d’Emmanuel-Philibert de Savoie.

Au bout de la place, après avoir passé les deux églises, se dessine une longue et large rue avec en son bout la gare de Porta Nuova, que l’on aperçoit depuis un moment déjà.

restaurant_menu

La Piola Sabauda

Via Giovanni Giolitti, n. 10, 10123 Torino

Bon, contrairement à ce midi, le repas se veut plus élaboré. Le restaurant dans lequel nous sommes respire l’Italie, les serveurs sont très conviviaux et prennent le temps de nous conseiller leurs spécialités. C’est le moment de (re)découvrir les cocktails italiens, à notre plus grand plaisir ! En tout cas, on recommande vraiment ce petit restaurant.

Après diner, en sortant du restaurant, nous sommes happés par un chanteur à l’emplacement géographique encore indéterminé, mais dont la voix raisonne sur les murs de la place. La mission consiste donc à le trouver. Et c’est quelques instants plus tard, guidé par ce chant envoutant que nous y arrivons. Un ténor italien donne de la voix à l’entrée de la galerie San Federico, dont la résonance est transcendante !

C’est après être resté de longues minutes à savourer ce moment hors du temps que nous reprenons le chemin de l’appartement. La journée a été interminable et le séjour ne fait que commencer, soyons en forme pour les jours à venir !

😴


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *