Pays de la Loire

Bienvenue en Loire-Atlantique !

Une magnifique région bordant le littorale à l’Ouest de la France.

Loire-Atlantique (44)

Restez dans le coin ! Nos balades en Loire-Atlantique arrivent tout bientôt

Loire-Atlantique

Loire-Atlantique est un département du littorale composé d'un patrimoine incroyable qui ne demande qu'à être connu.

Sarthe (72)

Suivez nos balades dans le département de la Sarthe

Sarthe

La Sarthe est un département situé dans l'Ouest de la France dont le chef-lieu est Le Mans.
LIRE LA SUITE

Centre Val de Loire

Bienvenue en Centre Val de Loire !

Une région se trouvant entre la Nouvelle-Aquitaine dont Laure est originaire et l’Île-de-France, ma région. Des départements que nous traversons très régulièrement, mais dont nous ne prenons pas toujours le temps de découvrir.

Loiret (45)

Suivez nos balades dans le département du Loiret

Loiret

Le Loiret est un département situé dans le Centre de la France dont le chef-lieu est Orléans.
LIRE LA SUITE

Eure-et-Loir (28)

Restez dans le coin ! Nos balades en Eure-et-Loir arrivent tout bientôt

Eure-et-Loir

L'Eure-et-Loir est un département limitrophe avec l'Ile-de-France, ce qui en fait une destination facile depuis Paris.

Le Mans

Le Mans

Le Mans est une ville de l’ouest de la France, située dans le département de la Sarthe. C’est une ville riche en histoire, avec de nombreux bâtiments historiques et monuments qui attirent chaque année de nombreux visiteurs. La ville est également connue pour son célèbre circuit de course automobile, qui accueille chaque année la célèbre course de 24 Heures du Mans.

Se rendre au Mans depuis Paris

2h30

0h55

210 km

La vieille ville

En arrivant au Mans, il n’est pas trop difficile de trouver une place de stationnement, de grands parkings se trouvent à proximité du centre historique. Bien que Le Mans soit une grande ville, nous avons pris le temps de ne visiter que son centre, bien évidemment, beaucoup de jolies choses sont à découvrir en s’éloignant un peu. 😊

Les remparts

Côté Nord, les fortifications construites au cours des siècles pour protéger la ville sont les mieux conservées. Elles ont été érigées à différentes époques et ont été améliorées et renforcées au fil du temps. Aujourd’hui, ils sont une promenade calme et verdoyante le long de la Sarthe.

Escalier des Pans-de-Goron

Après avoir longé les remparts, on s’engouffre dans la rue des Pans de Goron qui permet de rejoindre la ville haute et sa Cité Plantagrenêt… Mais pas à n’importe quel prix. Pour cela, il faudra gravir les nombreuses marches de l’Escalier des Pans-de-Goron.

L’escalier a été construit au 19e siècle, bien après les remparts et est constitué de plusieurs volées de marches en granit qui mènent au sommet de la colline sur laquelle se trouve, entre autres, la cathédrale. Il est connu pour ses larges marches et sa forme sinueuse, qui lui donnent un aspect original et distinctif.

Cathédrale Saint-Julien

On reprend notre souffle en haut de l’escalier tout en contemplant la belle Cathédrale Saint-Julien. Depuis le 12e siècle, représente le cœur de la ville du Mans. Elle est classée aux Monuments Historiques ainsi qu’au patrimoine mondial de l’UNESCO en raison de son architecture gothique remarquable et de ses trésors artistiques. Pour la visiter, rien de plus simple, elle est ouverte au public tous les jours et il ne faut pas hésiter à y entrer pour admirer son architecture et en même temps, pour découvrir la richesse de son histoire et celle de la ville.

Palais du Grabatoire

À quelques pas derrière la cathédrale, ce bel hôtel du 17e siècle devait à l’origine abriter l’hôpital de la ville. Il a été transformé au cours des siècles en un palais de style classique, avec de nombreux détails architecturaux et décoratifs remarquables, tels que des colonnes, des arcs et des frises en stuc.

Aujourd’hui, le Palais du Grabatoire abrite la préfecture de la Sarthe et est également utilisé pour accueillir des événements culturels et artistiques.

La Cité Plantagenêt et ses jolies rues

Nous prenons la Rue de la Reine Bérengère pour continuer de découvrir la Cité Plantagenêt. La construction de ce quartier historique remonte au Moyen Âge et à en voir l’architecture des bâtiments, tout a été merveilleusement bien conservé. Quant à son nom, il lui a été donné en l’honneur de la dynastie des Plantagenêt, qui a régné sur la ville au 12e siècle.

Aujourd’hui, ce quartier pittoresque est animé avec de nombreuses rues piétonnes bordées de maisons à pans de bois colorés et de commerces. Il est également plébiscité pour ses nombreux bâtiments historiques et monuments ainsi que pour ses nombreux restaurants, bars et cafés.

Comme c’est le cas dans de nombreuses villes où les rues sont toutes plus belles les unes que les autres, n’hésitez pas à vous perdre, en remontant la Grande Rue, en trouvant le passage du Cour d’Assé, ou rue de la Verrerie, qui vous mènera jusqu’au Jardin du Bicentenaire.

Tunnel Wilbur-Wright

Que vous passiez en haut ou en bas, vous ne pourrez pas manquer Le Tunnel. Sa particularité est de couper la Cité Plantagenêt en deux ! Entre 1873 et 1877, la colline naturelle a été percée de part en part dans le but de relier la place des Jacobins au Pont Yssoir. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il n’est pas fermé et n’a pas de toit. Il est ouvert sur le ciel, mais ses parois sont si hautes qu’on lui attribue cette appellation de tunnel. Il fait maintenant partie intégrante de la vieille ville et est relié aux quartiers est et ouest par les trois ponts qui le traversent.

Tour Vineuse

La Tour Vineuse est une tour carrée en pierre datant de l’édification de la Cité au 12e siècle et faisait partie des fortifications de la ville. Elle se trouve près de la Cathédrale Saint-Julien et de la Cité Plantagenêt, elle offre une vue panoramique sur la ville et permet également de regagner le bas de la colline, par la Rue des Fossés Saint-Pierre.

Fontaine du Jet d’Eau — Place des Jacobins

Après être passés devant la Mairie, nous avons emprunté l’escalier des Ponts-eufs puis la place du Hallai pour passer rue du Doyenné, pas très optimisé comme itinéraire. Mais nous voici maintenant en contrebas de la cathédrale que nous découvrons sous un autre angle. Sur cette vaste place des Jacobins se tient le marché, chaque semaine les mercredi, vendredi et dimanche.

En bas des escaliers se trouvent cette charmante fontaine du 19e siècle restaurée il y a quelques années.

Esplanade du Bicentenaire

Retour de l’autre côté de la Cité (essayez de vous organiser un peu mieux que nous le somme aujourd’hui 😅) L’Esplanade du Bicentenaire est une petite place créée à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, en 1989. Elle est entourée de bâtiments historiques et de jardins publics (avec des sculptures amusantes). Faites-y un tour si en plus du panorama vous êtes à la recherche d’un endroit agréable pour vous balader et profiter de l’atmosphère de la ville.

Circuit des 24 Heures du Mans

Nous en parlions au début, Le Mans c’est aussi un mythique circuit de course automobile situé un peu au sud de la ville, à côté de l’aéroport. Il est connu pour accueillir l’une des courses de voitures de sport les plus prestigieuses au monde, les 24 Heures du Mans. Mais saviez-vous que cette discipline se pratique également à moto ? L’occasion de passer un weekend dans une ambiance tout à fait unique, au son des moteurs et à l’odeur de pneus chaud.

1923

Inauguration

13,629

Kilomètres

Le circuit a été construit en 1923 et mesure 13,629 km. Il est divisé en deux parties : une partie urbaine et une partie située en périphérie de la ville. La course de 24 heures consiste en une compétition de relais où les équipes de pilotes doivent conduire leurs voitures sur le circuit pendant 24 heures consécutives, sans interruption. Le vainqueur est l’équipe qui parcourt la distance la plus importante en 24 heures. Le Circuit des 24 Heures du Mans est considéré comme l’un des plus grands défis de l’automobile en raison de sa longueur et de sa difficulté.

Les bonnes adresses

O’ Comptoir des Cocottes

10 Place Saint-Pierre
72000 Le Mans

Un bistro très charmant. Si possible déjeuner en terrasse, la vue sur la place est charmante. Les plats y sont délicieux et pleins de saveurs.

Loiret (45)

Orléans

Orléans est la capitale de la région Centre-Val de Loire. Elle est située sur les rives de la Loire, dans le centre nord de la France. Jeanne d’Arc a délivré la ville du siège des Anglais en 1429, événement célébré par un festival annuel. Une reconstitution de la demeure dans laquelle elle a séjourné durant la bataille, la maison de Jeanne d’Arc, présente des expositions multimédias retraçant sa vie.

Se rendre à Orléans depuis Paris

1h45

1h05

130 km

Bourgogne République

Nous profitons d’un dimanche après-midi pour faire un tour à Orléans. Ce n’est pas très loin de Paris et nous voulions en découvrir davantage sur cette ville par laquelle nous passons plusieurs fois par an sans prendre le temps de nous y arrêter.

Place du Martroi

Commençons par l’une des places les plus importantes, la place du Martroi. Un haut lieu orléanais qui n’a pas toujours été occupé par les carrousels ou les terrasses des restaurants. Ici, jusqu’au 19e siècle, les condamnés étaient exécutés sur cette place, qui servait également de marché aux blés de la région naturelle de la Beauce et fut dénommée Le Martroi au Blé… Et ce marché en question était lui-même un ancien cimetière… Une histoire pas très sympathique. Quant à la statue équestre de Jeanne d’Arc trônant le centre de la place, elle fut inaugurée en 1855.

Maison de Jeanne d’Arc

On quitte la place du Martroi par la rue de la Hallebarde en suivant les voies du tram. Et à peine quelques centaines de mètres plus loin, se tient cette belle bâtisse à pans de bois. La Maison de Jeanne d’Arc est une reconstitution des années 60 de la demeure de Jacques Boucher, trésorier général du Duc d’Orléans, qui hébergea Jeanne d’Arc du 29 avril au 9 mai 1429 durant le siège d’Orléans. Elle est aujourd’hui le musée disposant du plus grand fonds documentaire consacré à Jeanne d’Arc et son époque, avec pas moins de 37 000 documents.

Nous poursuivons rue du Cheval Rouge et rue Gabriel Templier en direction des quais de la Loire.

Pont George V

Originellement appelé pont Royal puis pont National, a été construit de 1751 à 1753. Il a été établi à l’emplacement d’anciens ponts en bois qui se sont succédé à cet emplacement. Il est rebaptisé Pont George V au début de la Première Guerre mondiale en l’honneur du roi du Royaume-Uni George V. Fernand Rabier, alors maire de la ville d’Orléans, s’exprime ainsi en séance :

« L’Administration a pensé qu’il convenait de témoigner, d’une façon durable, les sentiments de reconnaissance de la ville d’Orléans à l’égard des nations qui combattent aux côtés de la France pour la cause du droit et de la civilisation. Elle croit répondre aux vœux unanimes des Orléanais en demandant au Conseil, sans préjudice des propositions qu’elle présentera ultérieurement de donner à la place de la Gare le nom de place Albert Ier et au nouveau pont le nom de pont George-V. »

De la discussion qui suit sont notamment adoptés les nouveaux noms de Pont George V pour le pont Royal et Place Albert Ier pour la place de la Gare.

Place du Châtelet

À l’origine, le Châtelet était un ensemble de bâtiments civils et militaires qui défendaient la ville et permettaient aux rois et comtes de les loger lors de leur passage à Orléans. Toutefois, après Louis XIV, le Châtelet perdit de son importance et se convertit peu à peu en marché. Les Halles, qui existent encore de nos jours, sont ainsi créées à proximité. Aujourd’hui, le faubourg est connu pour sa vie nocturne et ses bars, mais aussi pour sa proximité avec la rue de Bourgogne, réputée pour son dynamisme. À l’horizon 2026, un considérable projet de transformation du quartier viendra moderniser et s’adapter aux nouveaux besoins des riverains et commerçants, avec le remplacement du bâtiment actuel.

Les rues d’Orléans
Rue de la Poterne

Il ne faut pas hésiter à flâner hasardeusement dans les rues orléanaises, ses nombreuses maisons à pans de bois, parfois colorées et les petites échoppes aux devantures authentiques sont ravissantes. La rue de la Poterne, descendant en direction du Quai de la Loire, est l’une de nos préférées.

Préfecture du Loiret

On aperçoit la préfecture du Loiret au bout de la rue Pothier. Ce bel édifice se trouve à l’emplacement probable du Forum de la cité gallo-romaine. Vers 800, les ruines appartiennent au chapitre de la Sainte-Croix, et Charlemagne fait alors ériger un couvent qui reçoit une communauté de femmes : Notre-Dame des Filles. C’est après plusieurs reconstructions et remaniements que le bâtiment passe sous le contrôle de l’administration du département en 1791 qui y installe la préfecture. Le premier préfet y a emménagé le 28 février 1800.
En 1807, l’église, en ruines, est démolie, et cède la place à la cour d’honneur.
À partir de 1808, on élargit la rue Pothier, pour donner à la nouvelle préfecture une entrée digne de son importance.

Cathédrale Sainte-Croix d’Orléans

Il aura fallu pas moins de 600 ans pour construire ce véritable joyau d’architecture ! La cathédrale d’Orléans porte, au fil des siècles, l’empreinte des différentes successions royales et notamment l’élégance du classicisme qui en fait son originalité architecturale et artistique. Comptant parmi les 5 plus vastes cathédrales gothiques de France (140 m de long, 53 m de large avec une flèche culminant à 106 m), Sainte-Croix fut commencée en 1287 et officiellement inaugurée le 8 mai 1829. Elle est chargée d’une longue histoire : Jeanne d’Arc y pria, Henri IV lança sa reconstruction en 1601, Louis XIV finança les transepts qui lui rendent hommage en affichant sa devise et son soleil. Son retable sculpté en son cœur est superbe et nous rappelle celui de la Basilique Sainte-Marie de Cracovie. Et une autre curiosité à ne pas manquer, ses vitraux racontant le récit de Jeanne d’Arc sont un de ses « trésors », au même titre que les 11 chapelles du 13e richement dotées qui forment son chevet.

Campo Santo

En sortant de la Cathédrale Sainte-Croix, difficile de manquer ce grand cloître enherbé et entouré de galeries. Actuellement, il permet l’accueil de certains événements de la ville et de parking au niveau inférieur. Bien que l’endroit soit un peu triste, ses arcades ainsi que son imposante porte du 16e siècle sont classées aux monuments historiques.

Hôtel Groslot

Place de l’étape ? Toujours à quelques pas de la cathédrale Sainte-Croix, l’Hôtel Groslot en briques rouges est un magnifique édifice Renaissance construit entre 1549 et 1558 pour Jacques Groslot, bailli de la ville. Aujourd’hui, les visiteurs peuvent se promener dans le Salon d’Honneur, dans les anciennes chambres du Conseil municipal et contempler de nombreuses pièces d’exception telles que des tapisseries d’Aubusson, un coffre en bois offert par Louis XI aux chanoines de Saint-Aignan ou encore un tableau de Pierre Dupuis, « Les derniers moments de François II », qui relatant la mort du roi François II en ces lieux chargés d’histoire. Une passionnante demeure à découvrir.

Place de la République

Notre balade se poursuit par la place de la République où se trouve une belle statue en pierre datant des années 50, remplaçant une ancienne grande statue présente sur la place, mais alors fondue par les Allemands au cours de la Seconde Guerre. Cette place, bordée par quelques boutiques, cafés et librairie, est très paisible.

Hôtel Cabu — Musée d’Histoire et d’Archéologie d’Orléans

L’hôtel Cabu occupe une exceptionnelle bâtisse Renaissance du 16e siècle, situé juste derrière la place de la République d’où nous arrivons. La pièce maîtresse de ses collections est le trésor de Neuvy-en-Sullias, ensemble de bronzes gaulois et gallo-romains de réputation internationale. La statuaire médiévale, l’artisanat local et régional (faïence, porcelaine, étain, ébénisterie), l’iconographie johannique et le port d’Orléans constituent les autres temps forts de la visite.

Frac Centre-Val de Loire

Au croisement du boulevard Jean Jaurès et de la rue du Colombier apparait ce bâtiment bien singulier. Avec ses formes tubulaires futuristes, il est impossible de ne pas le remarquer. Cette drôle de construction, c’est le Fonds Régional d’Art contemporain du Centre-Val de Loire (FRAC c’est plus court !).

Bien sûr que nous y sommes rentrés ! 😄 Il est à souligner que cet endroit, aussi futuriste soit-il, a une histoire qui remonte au 18e siècle. À cette époque, la place est occupée par une communauté
religieuse, le site change plusieurs fois de fonction avant
d’être investi à partir des années 1830 par l’armée. Et ce n’est qu’en 2013 que le fond sort des tréfonds. L’expo que nous avons pu y découvrir met en avant les relations entre art, architecture et design. Ce programme met en lien ses expositions avec d’autres disciplines artistiques (théâtre, musique, cinéma, etc.). On recommande à tout amateur d’art contemporain.

Entrée individuelle gratuite

Prévoir une bonne heure pour en faire le tour.

Ouvert du mercredi au dimanche
de 14h00 à 19h00.
Fermé le lundi et le mardi.

Les bonnes adresses

Le Brin de Zinc Restaurant

62-64 Rue Sainte-Catherine
45000 Orléans

L’adresse idéale pour se réchauffer en terrasse couverte avec un bon chocolat chaud.

Italie

Buongiorno !

On vous emmène avec nous pendant 9 jours à la découverte de paysages, de villes et de bons repas. Vivez cette balade de 2000 kilomètres dans le nord de l’Italie en notre compagnie 😀

train

Paris 🇫🇷

Gare de Lyon

Hello! Pour les vacances, nous avons prévu de passer quelques jours dans le nord de l’Italie, à la découverte des villes et paysages qui en font sa renommée.
Pour cela, nous rallions Turin depuis Paris en train puis sur place nous louerons une voiture, nous évitant près de 780 kilomètres de route supplémentaire.

train

Turin 🇮🇹

Torino Porta Susa

Bienvenue dans le Piémont ! Après 6 heures passées assis dans le TGV, nous arrivons en gare de Turin Porta Susa. Et sous le soleil ! Avant de rejoindre notre hôte, on décide de déjeuner. Mais problème, aujourd’hui c’est dimanche et beaucoup d’établissements sont fermés. Et lorsqu’ils ne le sont pas, ils nécessitent d’être réservés… Fort heureusement, à proximité de la station de Porta Nuova, nous croisons une adorable petite boulangerie avec des tables sous les arcades.

restaurant

El Pan d’na Volta

Via Sacchi, 16, 10128 Torino

La serveuse est amusée de nous voir autant perdus devant sa vitrine. Pas de multitudes de sandwichs comme en France, mais à la place pleins de petites choses mignonnes. Nous prenons différentes gourmandises pour les découvrir. Et sans regret, le pain est moelleux et parfumé, et la garniture est généreuse. Une belle entrée en matière.

Se promener en ville valise à la main n’est pas très pratique. On a donc convenu d’un rendez-vous en début d’après-midi avec notre hôte pour récupérer les clés de l’appartement et y déposer nos affaires.

Le logement est charmant, sur une petite place calme à 5 minutes de la gare de Porta Nuova et du Parco del Valentino. Impeccable !

Château du Valentino

Forcément, le château étant le point le plus proche de l’appartement, c’est donc le premier endroit que nous visitons. Bien qu’il s’agisse maintenant d’un complexe estudiantin, cette belle construction du 17e siècle est inscrite au patrimoine de l’UNESCO.

Le château est l’un des points d’accès de ce parc de 50 hectares qui longe le Po, le fleuve traversant Turin. On continue notre balade en direction de la petite ville médiévale, faisant partie intégrante du jardin.

Giardino Roccioso

Borgo Medievale

Ce village médiéval situé sur les berges du Po est remarquablement conservé, mais pour autant, il ne s’agit pas d’un musée à ciel ouvert, on y trouve des boutiques, cafés, restaurants, etc. Un de nos coups de cœur de la ville (on vous le dit de manière tout à fait objective). Toutefois, sous ses airs moyenâgeux, se cache un petit secret. Ce hameau fut construit en 1884, par des bâtisseurs d’un autre temps ? Non pour l’exposition universelle de Turin de cette même année. Le village reprend quand même les tendances urbaines de l’époque, mais avec des édifices plus récentes.

Lungo Po Armando Diaz

L’endroit rappelle un peu la Promenade de la Jonction à Genève. C’est un véritable havre de paix mêlant le fleuve, la verdure et l’urbanisme donnant une ambiance très agréable au lieu.

Piazza Vittorio Veneto

En arrivant sur cette place, la première remarque est de se dire que nous n’en voyons pas la fin ! Elle mesure 360 mètres de long du 111 mètres de large, c’est gigantesque et cela en fait la première place la plus grande de la ville. Elle servait initialement de place d’armes au temps de Napoléon puis a pris son nom actuel à la suite de la bataille du même nom en 1918 où les troupes italiennes l’emportèrent sur leurs adversaires austro-hongrois.
Arrivé vers le haut de la place, un superbe panorama sur l’Église Gran Madre di Dio de Turin et la colline où se cache la villa della Regina.

Mole Antonelliana

Cet édifice néo-classique de 167 mètres de haut est pour le moins imposant. Le Mole d’Antonelli avait pour première vocation d’être un lieu de culte juif, mais l’histoire s’est écrite différemment, il a été pendant un temps le musée du Risorgimento avant de devenir le siège du musée national du cinéma. Le bâtiment lui-même a un passé plutôt animé, puisqu’il fut renforcé et partiellement reconstruit à la suite d’un violent orage, tornade ou même tremblement de terre. Il est l’une des tours les plus hautes de la ville.

Piazza Carlo Alberto

Cette place est cernée de bâtiments historiques.

Le Palais Carignan figure parmi les plus belles constructions de la ville. Il a été édifié au 17e siècle pour les princes de Carignan. C’est ici qu’est né en 1820 Victor-Emmanuel II, qui deviendra le premier roi d’Italie. Il renferme aujourd’hui le musée du Risorgimento précédemment établi dans le Mole Antonelliana. Derrière nous se dresse la bibliothèque universitaire nationale de Turin qui est l’une des plus importantes collection de livres italiennes. Elle a été entièrement reconstruite entre 1958 et 1973, car détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.

Au centre de la place, la statue de Carlo Alberto représenté sur son cheval est l’une des plus belles de Turin. On le connaît en France sous le nom de Charles-Albert de Sardaigne, qui fut l’un des ducs de Savoie les plus importants de l’histoire de l’Italie.

Piazza Castello

En entrant sur la Piazza Castello, on ne peut manquer ce joli monument, ici vu de l’arrière. Le Palazzo Madama est composé d’une magnifique façade baroque adossée à un ancien bastion médiéval de l’époque romaine. En contournant le bâtiment, on se rend compte de l’importance de cette place. Le Palais Royal de Turin apparaitra à notre gauche, entouré d’une multitude de bâtiments impériaux tels que l’armurerie, la bibliothèque, le théâtre, l’Église Saint Laurent…

On emprunte la Via Palazzo di Città longeant le côté gauche de l’église Saint Laurent avant de suivre la Via XX. Settembre jusqu’à la Piazza San Giovanni.

Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin

En arrivant Piazza San Giovanni on aperçoit qu’un petit passage relie Piazza Reale ou nous nous trouvions quelques minutes auparavant et la Piazza San Giovanni.

Nous nous rapprochons de cette belle église et de la Torre Campanaria Duomo d’assez près pour entrevoir le petit passage situé derrière la tour un peu sur la gauche. Un long corridor débouche sur une jolie cour intérieure au sol décoré de galets teintés pour former une rosace, c’est superbe, mais ça fait mal aux pieds. Mais la surprise ne s’arrête pas là, cette cour nous permet l’accès au fameux Giardino Ducale. Fameux, car c’est André Le Nôtre qui en est à l’origine, mais outre son concepteur, l’opulence de ce jardin est de renommées Européennes.

Porte Palatine

En ressortant du jardin royal, on peut apercevoir un vaste ensemble architectural de couleur ocre. Il s’agit du Parc archéologique Torri Palatine. Les tours et portes qui se dressent solidement devant nous datent de la même époque que le bastion du Palazzo Madama vu un peu plus tôt. Ces portes bordaient la ville à l’époque romaine, avant même que Turin s’appelle ainsi.

Galleria Umberto I

Juste derrière la porte Palatine, cette longue et lumineuse galerie relie la Piazza della Repubblica à la Via della Basilica. L’endroit est remarquablement calme, ce qui est plutôt agréable.

Via Giuseppe Garibaldi

De ruelles en passages on se retrouve Via Giuseppe Garibaldi, qui est assurément l’un des axes principaux de Turin. Cette avenue piétonne déborde de boutiques en tout genre, un endroit parfait pour faire du shopping.

Galleria San Federico

Nous avons réservé une table dans un restaurant non loin de la Piazza San Carlo, située à quelques minutes. Alors nous nous y dirigeons tout en prenant le temps de découvrir ce qui nous entoure. C’est ainsi que nous arrivons devant la galerie San Federico. Un endroit magnifique, doré et aux immenses lanternes. La vaste verrière qui se tient au-dessus de notre tête filtre avec douceur la lumière extérieure, mais la plus belle partie est au centre, sous ce majestueux dôme.

Piazza San Carlo

À deux pas de la galerie San Federico se trouve la Piazza San Carlo, l’une des plus grandes et importantes places de Turin (bien qu’elle soit plus petite que la Piazza Vittorio Veneto). De chaque côté, deux longs bâtiments aux arcades abritant une multitude d’échoppes, bars et jolies boutiques.

Cette place ne s’est pas toujours nommée ainsi, historiquement elle s’est appelée Piazza Reale, Piazza d’Armi ou encore place Napoléon. Son nom actuel, Saint-Charles, est un hommage à Charles Borromée, un prélat italien du 16e siècle, archevêque de Milan et cardinal de l’Église catholique. L’église de droite porte également son nom (San Carlo Borromeo) aux côtés de l’église Santa Cristina, princesse royale des Deux-Siciles et reine puis régente d’Espagne. Elles font toutes deux face à la statue équestre d’Emmanuel-Philibert de Savoie.

Au bout de la place, après avoir passé les deux églises, se dessine une longue et large rue avec en son bout la gare de Porta Nuova, que l’on aperçoit depuis un moment déjà.

restaurant_menu

La Piola Sabauda

Via Giovanni Giolitti, n. 10, 10123 Torino

Bon, contrairement à ce midi, le repas se veut plus élaboré. Le restaurant dans lequel nous sommes respire l’Italie, les serveurs sont très conviviaux et prennent le temps de nous conseiller leurs spécialités. C’est le moment de (re)découvrir les cocktails italiens, à notre plus grand plaisir ! En tout cas, on recommande vraiment ce petit restaurant.

Après diner, en sortant du restaurant, nous sommes happés par un chanteur à l’emplacement géographique encore indéterminé, mais dont la voix raisonne sur les murs de la place. La mission consiste donc à le trouver. Et c’est quelques instants plus tard, guidé par ce chant envoutant que nous y arrivons. Un ténor italien donne de la voix à l’entrée de la galerie San Federico, dont la résonance est transcendante !

C’est après être resté de longues minutes à savourer ce moment hors du temps que nous reprenons le chemin de l’appartement. La journée a été interminable et le séjour ne fait que commencer, soyons en forme pour les jours à venir !

😴

Auvergne

Se rendre en Auvergne depuis Paris

4H

4H15

440 km

Hello!

Nous avons profité d’un weekend de fin aout pour partir prendre l’air en Auvergne ! Au programme, nous avions pour but d’arpenter les sentiers de la chaîne des Puys, découvrir les spécialités culinaires locales, profiter du beau temps et surtout, prendre un grand bol d’air avant la rentrée !

Pour gagner du temps, nous avons pris la route le vendredi soir afin de profiter pleinement de la journée du samedi et rentrons le dimanche soir… tard.

Il y a de ça quelque semaines, lorsque nous prospections la destination de ce weekend, nous nous étions fixé une limite maximum de 3h de route, mais bon, nous ne sommes pas à une heure près, surtout quand il s’agit de (re)découvrir une telle région.

landscape

Col de la Croix Saint-Robert

Forcément, malgré que nous ayons pris la route tout de suite après la sortie du travail, nous n’arrivons pas avant 1h du matin au Col de la Croix Saint-Robert. Mais pourquoi ici ? Haaa bonne question ! Tout d’abord, nous savions qu’en partant le vendredi en fin de journée de Paris, nous n’arriverons pas à une heure convenable pour passer la nuit à l’hôtel, puis nous nous sommes dit que dormir dans la voiture serait amusant et moins contraignant quant à la localité. Alors c’est ainsi que nous avons trouvé, à l’aide de Google Maps un petit coin ou mettre la voiture pour y passer la nuit en toute sécurité et être proche du point de départ de la randonnée du lendemain. Mais… Tout ne s’est pas passé comme prévu. Lors de notre arrivée sur le parking, nous étions loin d’être les seuls sur place. Plusieurs voitures et camping cars y étaient présent. Nous avons donc décidé de faire demi-tour et de garer la voiture à quelques centaines de mètres de là, dans un petit chemin à l’orée d’un champs. L’endroit est tranquille, nous prenons le temps d’admirer le ciel étoilé et décidons d’y passer la nuit.
Pour cela, nous rangeons nos affaires dans les parties basses de la voiture, rabattons les sièges arrière et gonflons les matelas de sol. Il commence à faire rudement froid mais c’était prévu. La nuit dans la voiture ne fut pas des plus confortable, le vent nous a secoué une partie de la nuit, mais le plus anecdotique reste à venir…

6h30 – 5°C

*TOC TOC TOC*
– S’il vous plait, décalez la voiture, je dois passer le tracteur !

il est 6h30 et ça… Nous ne l’avions pas prévu. Pas le temps de réfléchir, je me rhabille, sors de la voiture et prend place au volant pour retourner sur le parking initialement repéré. Mais en regardant à travers le parebrise tout est opaque, le passage des essuis glace n’ont rien changés. Une épaisse couche de condensation s’est formée à l’intérieur de l’habitacle. Et à cela, s’ajoute un brouillard tellement dense qu’il en est difficile d’y voir au-delà de quelques mètres. La journée commence bien 😂. Sur le parking, Laure parvient à se rendormir quelques heures, tandis que je somnole sur le siège avant de la voiture.

C’est vers 10h30 que nous décidons de partir en randonnée. Un coup de brosse, un brin de toilette rapide et essuyons un maximum l’humidité dans la voiture. Par chance, le brouillard s’est levé, laissant place à un magnifique paysage verdoyant. Que l’aventure commence !

landscape

Roc Cuzeau

Lors de notre départ de la voiture, nous prenons dans nos sac à dos nos gourdes et des gâteaux, sans trop savoir jusqu’ou nous irons dans les sentiers. La météo de la journée est bonne, et la randonnée du Roc ne semble pas trop difficile. En chemin nous croisons plusieurs groupes de randonneurs avec qui l’échange d’un cordial bonjour se fait systématiquement. Après quelques passes à moutons, le sentier se transforme, la terre devient meuble, la pente s’accentue et les paysages prennent de la hauteur.

Arrivé à la première terrasse, la vallée du Mont-Dore se dévoile, avec ses pics acérés, le panorama est grandiose ! Deux directions se posent à nous : La première est la cascade, ça nous tente bien, mais parait-il que la meilleure manière de l’apprécier n’est pas de s’y rendre par cet accès. La seconde direction est la sommet du Roc Cuzeau. A peine visible dans les nuages, l’idée nous effraie un peu, mais finalement c’est dans cette direction que nous nous élançons. Nous faisons la connaissance de deux randonneuses venues d’Alsace avec qui nous échangeons quelques minutes à propos des directions à privilégier puis de la beauté des panoramas et de la météo clémente avant de partir grimper les pentes ardues du Roc.

Le sommet ! Après 2h et 410 mètres de dénivelé positif, nous voici à 1737m, tout en haut du Roc avec une vue extraordinaire à 360° autour de nous ! Un vrai bonheur ! On reprend notre souffle et fait quelques photos. Un autre randonneur vient d’arriver et nous dit qu’on a beaucoup de chance, la vue s’est dégagée il y a quelques minutes et que le vent est très raisonnable comparé au sommet du Sancy d’où il vient. Ici seules nos oreilles en sont victime, de l’autre côté de la vallée du Mont-Dore, il semble difficile et dangereux d’y évoluer.

Altitude

1 737m

45°32’57.8″N 2°49’49.6″E

Après une demi-heure passée en haut, il est temps de redescendre de notre petit nuage 😉. Inutile de préciser que la descente est bien plus rapide que la montée. Et finalement c’est à ce moment que nous profitons le plus de ces gigantesque étendues de nature.

Nous retrouvons la voiture tout juste une heure après avoir quitté le sommet. Encore un peu étourdi par le grand air et les paysages époustouflants, nous prenons quelques minutes avant de repartir.

La prochaine étape se fera à Chambon-sur-Lac afin d’y déjeuner. Nous n’avons pas particulièrement anticipé le repas et avons la mauvaise surprise de constater que la majorité des restaurants sont fermés, un samedi, à 14h, dommage ! Une brasserie semble servir en continue, alors nous décidons d’y aller voir.

landscape

Chambon sur Lac

Comptez 15 minutes de voiture pour parcourir les 10 kilomètres qui séparent le parking du Roc Cuzeau au centre ville de Chambon-sur-Lac. A notre arrivée, la ville est animée, les habitants et touristes profitent du soleil dans les espaces aménagés, sur les terrasses des restaurants, mais peu d’entre-eux déjeunent. La brasserie que nous avions repéré ne fait plus que le service de boisson ou propose quelques snacks plutôt cher et qui ne nous emballent pas spécialement. Plus loin, plusieurs restaurants nous informent que les cuisines sont fermées, sauf un ! Miracle ! A la carte, seule de la restauration rapide est proposée, c’est pas ce que nous souhaitions, mais qu’importe, ça fera l’affaire.

place

Murol

Murol est une petite ville d’un peu plus de 580 habitants, mais elle est essentiellement connue grâce à son imposant château éponyme, datant du 12e siècle. Une place forte dressé à 1050 mètres d’altitude, lui donnant une visibilité unique sur les environs. L’ayant déjà visité à deux reprises, nous avons fait le choix de ne pas nous y attarder, mais il fait parti des incontournables de la région. Des animations autour des métiers d’époques et même des joutes de chevalier ont lieux durant la visite, c’est assez chouette à découvrir.

store

Ferme Bellonte

63710 Saint-Nectaire

Cette ferme c’est le haut-lieu du Saint-Nectaire. Le savoir-faire se transmet depuis huit générations au sein de la ferme, ce qui offre une qualité unique au fromage. Il est possible de visiter gratuitement les étables, d’assister à la traite des vaches, d’observer les différentes étapes de la fabrication du fromage et même de visionner un film d’une dizaine de minutes présentant la vie de la ferme. Nous sommes venu ici pour acheter une tomme de Saint-Nectaire, mais à notre plus grande tristesse, la boutique avait tout vendu ! Ils nous ont redirigés vers la Ferme de Lambres, non loin de là qui pourrait peut-être encore en avoir.

store

Ferme de Lambres

Lieu dit Lambres, D643, 63710 Saint-Nectaire

Après avoir eu conformation au téléphone qu’ils leur restaient bien du fromage, nous nous sommes rendu dans cette ferme, qu’il est également possible de visiter. Nous prenons le temps de lire les panneaux d’information accrochés aux murs afin de mieux comprendre le fonctionnement de la ferme, du rendement des vaches, des différents processus de fabrication du fromage, etc. C’est très intéressant, mais passons aux choses sérieuses ! Dans la boutiques il n’y a pas que du fromage, on peut aussi y retrouver pleins de produits artisanaux comme des bières, du sirop, du miel… Un vrai bonheur.

La fin de journée approche et Laure tient toujours l’endroit ou nous dormirons secret. Cependant, pour s’y rendre, il est nécessaire de passer par le Col de la Croix-Morand, et avec le soleil déclinant, les paysages sont époustouflants !

Une aire aménagée permet de prendre le temps d’admirer la vallée que se tient devant nous.

home

Refuge De La Banne

Montagne de la banne d’Ordanche, 63150 Murat-le-Quaire

Nous y sommes ! Juste un peu avant le coucher du soleil, nous arrivons au refuge de la Banne d’Ordanche. Le gîte est isolé à 1325 mètres l’altitude, la nature nous entour et aucuns bruits de la ville nous parvient. On fait connaissance avec les saisonnières très accueillante et chaleureuse, qui nous expliquent le fonctionnement du refuge, l’endroit ou nous dormirons ce soir ainsi que les horaires pour le dîner et le petit déjeuner du lendemain.
Plusieurs formules sont proposées pour y dormir : en dortoir collectif, chambre double, dans votre tente personnelle et dans une tente aménagé (lounge). C’est cette dernière que Laure a réservée, et je ne pense pas qu’il y ait mieux ! La tente est confortable, aménagée avec goût et vous offre une vue exceptionnelle sur la vallée. L’endroit parfait pour profiter d’une nuit insolite en pleine nature.

Mais avant de nous extasier sur le soleil couchant et les paysages rougeoyant, nous devons nous rendre au refuge pour dîner.

Le repas est servi à 19h30, nous nous retrouvons donc tous dans une ambiance de chalet de montagne, aux odeurs de fromage et de vin ! Le repas est donc le même pour tout le monde, une carbonade. C’est local, copieux et très bon ! De quoi bien se revigorer en cette fin de journée ! Nous en aurez pour moins de 20€ avec un verre de vin.

Le soleil se couche et tout le monde sort pour en profiter, un instant magique .

Nous prenons le temps de charger nos téléphones et autres appareils le nécessitant, de reposer nos pieds et de poster quelques photos sur les réseaux sociaux pour que nos familles et amis puissent découvrir à leur tours ces jolis moments qui ont jalonnés notre journée.

Lille

Lille

Lille est la capitale des Hauts-de-France, une région du nord de la France. Elle se trouve à proximité de la frontière belge. Aujourd’hui centre culturel et ville universitaire animée, elle fut autrefois une importante plateforme marchande des Flandres françaises, et de nombreuses influences flamandes demeurent encore. Le centre historique, le Vieux Lille, se caractérise par ses maisons de ville du XVIIe siècle en briques rouges, ses ruelles piétonnes pavées et sa Grand’Place centrale.

Se rendre à Lille depuis Paris

2H40

1H05

230 km

Le Vieux Lille

La Grand’Place

En arrivant de la gare de Lille et après avoir remonté la rue Faidherbe, nous parvenons sur l’un des lieux les plus emblématiques de la ville, la Grand’Place, également appelée place du Général de Gaulle.

La place est dominée par quatre femmes : la Déesse en son centre et surement la plus visible, qui commémore le siège de Lille par les Autrichiens en 1792 et les trois femmes qui couronnent le bâtiment de la Voix du Nord. Ces trois dernières représentent les trois provinces de la région : l’Artois, la Flandre et le Hainaut.
La Grand’Place, née au Moyen Âge, au carrefour des grandes foires entre le Nord et le Sud, est vouée au commerce, dont la Vieille Bourse reste le symbole fastueux.
Face à la Vieille Bourse, la Grand Garde, construite en 1717, est le parfait exemple d’une architecture classique. On reconnaît dans le fronton triangulaire le soleil de Louis XIV et, de part et d’autres, les armoiries de France et de Lille.
S’y trouvent aussi de nombreux restaurants, snacks, glaciers ou boutiques en tout genre. Les Furets du Nord en sont l’un des plus connus !

La vieille Bourse

Toujours sur la Grand’Place, l’ancienne bourse fut inaugurée en 1653 et c’est incontestablement le plus beau monument de la ville. Elle se compose de vingt-quatre maisons identiques qui entourent un cloître, dans lequel de superbes cariatides ornent les pilastres. Les fenêtres et frontons sont ornés de cartouches, de guirlandes et de fruits charnus, à la manière de la Renaissance Flamande. Les lions de Flandre sculptés sur les portails rappellent l’appartenance de Lille aux Pays-Bas. Par ailleurs, sur les quatre côtés, au-dessus des fenêtres du deuxième étage, sont peints dans des cartouches aux couleurs vives les sigles d’entreprises contemporaines. C’est grâce à leur mécénat, que des travaux de restauration ont redonné tout son éclat à la Vieille Bourse. Actuellement, elle accueille dans sa cour des bouquinistes

Opéra de Lille

En ressortant de la vieille Bourse par la porte opposée de celle donnant sur la Grand’Place, nous faisons face à l’Opéra de Lille. Un bâtiment d’inspiration néo-classique qui n’est pas si ancien qu’il n’y parait : construit de 1907 à 1913, il est inauguré officiellement en 1923. Il a été érigé suite à l’incendie qui détruisit l’ancien Opéra en 1903. A ses débuts, ce nouveau bâtiment, alors pas encore achevé, fut occupé par les Allemands, dispensant ainsi des spectacles et des concerts y ont été présentés en faisant la part belle à Wagner, Mozart, Strauss, Beethoven.

Rue du Petit Paon

L’une des plus petites et plus anciennes rue de Lille ! Elle ne fait que 20 mètres de long et date de l’édification de la bourse au 17e siècle.

Cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille

On la nomme « la Treille » c’est la cathédrale de l’archevêque de Lille. Eglise-Mère du diocèse, elle est le lieu des grands rassemblements lors des temps forts de la vie de l’Eglise. Des temps de prière et célébration, des expositions et diverses manifestations culturelles et musicales en font un haut lieu de vie du Vieux Lille.

La cathédrale s’élève à l’emplacement de l’ancienne motte féodale. Le premier donjon des comtes de Flandre, suppose-t-on, a été bâti ici. En 1854 est posée la première pierre pour la future cathédrale de Lille. La chapelle absidiale est achevée en 1897, le chœur et le transept peu après. En 1913, Lille devient le siège d’un évêché tandis que le chantier de l’église se poursuit lentement jusqu’en 1947. L’ensemble néo-gothique finalement ne sera pas achevé selon les plans primitifs. La belle façade digne de l’édifice date seulement de 1999. Ce projet audacieux de terminer la façade a été confié aux architectes Pierre-Louis Carlier et Peter Rice, la rosace est de l’artiste Ladislas Kijno et le portail exceptionnel du sculpteur Georges Jeanclos.

Adossée à la Cathédrale un petit passage haut en couleurs permet de rejoindre rapidement les Hospices Comtesse

Musée de l’Hospice Comtesse

Au cœur du Vieux-Lille, le musée prend place dans l’hôpital fondé en 1237 par la comtesse Jeanne de Flandre, et dont l’activité ne cessa qu’en 1939. Les bâtiments actuels datent des 15ème, 17ème et 18ème siècles. Ils se composent d’une salle des malades, d’une chapelle décorée des armoiries des principaux bienfaiteurs de l’hôpital, et des bâtiments de la communauté des sœurs augustines. Depuis 1962, ils servent d’écrin à la présentation de tableaux, tapisseries, bois sculptés, meubles et faïences de la région, pour évoquer l’intérieur d’une maison religieuse flamande du 17ème siècle.

Maison natale Charles de Gaulle

Chaque fois que j’y revenais, je me sentais redevenir lillois.

Charles de Gaulle

C’est ici, au 9 rue Princesse, dans la demeure de ses grands-parents maternels que Charles de Gaulle a vu le jour le 22 novembre 1890. Cette maison fut le lieu de retrouvailles familiales pendant toute son enfance et sa jeunesse. C’est dans une famille unie autour de valeurs communes et dans un contexte géopolitique en plein bouleversement, que s’est forgé le caractère du futur Président de la Ve République.

Passage des Trois Anguilles

En reprenant la direction du centre ville, après la maison natale de Charles de Gaulle, se trouve un passage (secret) si étroit qu’il est facile de le louper. C’est encore plus vrai côté rue Voltaire car l’entrée du passage semble faire partie de la maison.  Son indication est d’ailleurs beaucoup plus discrète. Alors que le passage est clairement indiqué rue Négrier par un panneau en bois au dessus d’une porte ouverte, seules trois anguilles gravées dans la pierre indiquent cette ruelle rue Voltaire.

100 m

Longueur

1.20 m

Largeur

Les rues de Lille

Mais parce que Lille ne se résume pas qu’a de jolis monuments, il est important de flâner dans la ville pour profiter pleinement de son architecture. Tantôt gris, tantôt ensoleillé, le ciel change radicalement le paysage, mais quoi qu’il en soit, la chaleur demeure.

Lille-centre

L’Hôtel de Ville et son Beffroi

L’hôtel de ville fut construit entre 1924 et 1932 par l’architecte Emile Dubuisson qui s’est inspiré de la tradition flamande avec ses maisons à pignons triangulaires, tout en utilisant un matériau résolument moderne : le béton armé.
L’intérieur présente un grand hall de 107 mètres de long, rythmé par deux rangées de piliers aux motifs floraux. Une exceptionnelle collection d’œuvres d’art contemporain orne les montées d’escaliers, les couloirs et les salles municipales. La fresque la plus spectaculaire est celle de l’Islandais Erro qui raconte sous forme de bandes dessinées l’histoire de la ville.